Approche psycho thérapeutique

I Les entretiens .

1.    Au début est déposé par la personne sans canevas préalable, un historique relatant ce qui semble en lien avec l'actualité.

2.    Cette actualité peut sembler définir une problématique. On recense aussi ce qui était fait jusqu'à présent en termes d'autres soins ou d'autres interventions thérapeutiques. Parfois on peut poser l'idée  du temps  que l'on se donnera et même dans cette rencontre qui est une demande de savoir , se dire d'être capable d'observer quelles seront les premiers changements pertinents.

3.    Au cours des rencontres on retiendra ce qui aura été appris sur soi-même ainsi que les interactions ajustées émergentes face à la problématique qui aura été entendue Cela pourra envisager une mise en projet.

Il est utilisé dans ce parcours la notion "d'insight" c'est-à-dire la perception du sens des situations évoquées par la clarification, la confrontation et l'interprétation.

Ces rubriques signifient que l'on retient les éléments d'information, les aspects contradictoires ou les rapprochements de situations présentes et passées et d'en voir le sens actuel.

Dans cette trame on essaiera dans le dialogue, de retenir les motivations , la dimension causale ce qui a pu être refoulé et qui se réactualise dans l'activité actuelle puis de faire une réorganisation en reformulant autrement la problématique.

Cela inclut la compréhension intellectuelle et émotionnelle des causes et du sens de la problématique présentée et de pouvoir modifier son attitude vis-à-vis d'une certaine liberté que l'on aurait acquise dans les entretiens vis-à-vis de ses mécanismes de défense.


II L'utilisation du dessin.

C'est un travail projectif intéressant qui est pratiqué dans ces consultations. Comme tout travail  projectif, cela n'apporte pas de certitudes mais des probabilités. Ceci permet surtout d'avancer certaines hypothèses par des convergences de certains indices. Il aborde certaines notions de l'imaginaire, des détails sur des fondements de la personne et propose surtout une possibilité d'exprimer plus facilement que par la parole.

Le travail de restitution par l'écriture comme médiation est aussi utilisé selon les moyens d'expressions adaptés pour les personnes.

III Les ateliers de remédiation cognitive

Ils sont construits pour des situations de mise en pratique, de manipulation d'objets, qui mettent en évidence les fonctionnements ajustés ou pas des structures de la pensée.

Cela permet de voir comment se construit des palier d'équilibre de l'enfant ou de l'adolescent avec des situations concrètes, des évocations abstraites, des conceptualisations. Ces éléments sont aussi des étapes que l'on retrouve dans le parcours scolaire de l'élève de la grande section de maternelle au lycée.

On peut identifier comment celui-ci a conscience de ses actions et de ce qu'il fait comme transformation pour élaborer des choses plus

personnelles à travers ce qu'il apprend ou comment il arrive à comprendre un lien de cause à effet, la gestion du temps et de l'espace, ou de pouvoir acquérir des structures qu'il pourra conserver  et ensuite transposer sur son environnement en actions et en pensées au fur et à mesure de sa maturation.

Ce travail a surtout une connotation éducative chez l'enfant et peut permettre par la suite de proposer des outils pédagogiques dans l'école.

De manière plus élaborée cela met en évident chez la personne un monde représentatif des processus qui soulignent l'instance de la réalité externe et de sa perception avec une capacité de transformation et d'ajustement qui témoigne de l'ajustement avec son milieu et de l'intégration de toutes les interférences qui se produisent.

IV Le temps de relaxation.

Il  est aussi une approche possible mais plus comme accessoire  pour l'étape de l'insight c'est-à-dire un moment d'intériorisation où l'on s'observe attentivement mais avec le moins de stimulations extérieures.

Ce qui se relate de ce temps d'écoute donne des indices sur la manière qu'à la personne de relater sa problématique avec des éléments associés apportant un éclairage plus complet.

Pareillement, cette étape n'est qu'un outil complémentaire mais qui peut diminuer les résistances ou augmenter la capacité d'attention. Souvent le simple fait de s'engager dans cette écoute intérieure sollicite une réserve d'attention qui crée un espace mémoire prolongeant les interactions du dialogue en cours.